Titre

Programme de surveillance des contaminants environnementaux aquatiques de la Première Nation d’Eagle Lake

Exercice financier

2017-2018

Communauté/Région

Première Nation d’Eagle Lake, Ontario

Chercheur principal

Mark Hanson, Ph.D., Université du Manitoba

Chef de projet communautaire

Jordan Gardner

Project Members

Vince Palace, Ph.D., Kaylin Reid, Michelle Shephard et Kit Young-Hoon

Financement

100 000 $

Résumé du projet

Les membres de la Première Nation d'Eagle Lake dépendent de leurs terres et de leurs eaux traditionnelles pour leur subsistance. Ils ont exprimé leurs inquiétudes quant aux effets négatifs potentiels des sources industrielles de mercure sur leur santé. Parmi les développements industriels importants dans la région, on compte l'exploitation minière, l'exploitation forestière, les opérations des usines de pâtes et papiers, l'agriculture, les opérations touristiques et le développement d'autoroutes et de petites routes d'accès.

Cette étude de recherche était fondée sur une approche participative et impliquait de nombreux membres de la communauté. La collecte de données a consisté à échantillonner des poissons, tels que le doré jaune et les écrevisses, ainsi que des sédiments pour mesurer les concentrations de mercure. Une enquête sur la consommation alimentaire a été menée pour recueillir des données sur les habitudes de consommation de poisson. L'exposition au mercure provenant du poisson a été estimée pour chaque répondant à l'enquête en fonction des habitudes de consommation de poisson déclarées et des résultats de laboratoire, puis comparée à la dose journalière admissible (DJA) provisoire de Santé Canada pour l'exposition au méthylmercure. Ceci a permis d'examiner les risques potentiels pour la santé associés à l'exposition au mercure provenant de la consommation de poisson.

Les résultats de cette recherche ont démontré que, dans l'ensemble, les concentrations de mercure dans les échantillons de doré jaune et d'écrevisses étaient faibles. Un seul échantillon sur un total de 41 échantillons de doré jaune dépassait la ligne directrice de Santé Canada de 0,5 ppm. L'évaluation de l'exposition a indiqué qu'aucun des répondants à l'enquête ne dépassait la DJT pour le méthylmercure. L'étude a conclu que le doré jaune pouvait être consommé sans danger dans les quantités déclarées par les membres de la Première Nation d'Eagle Lake.